Frac



Exposition
Étoiles distantes

du 19 novembre 2021 au 20 février 2022
☛ dates sous réserve
expositions au Frac à Nantes et en région

Commissaire associé : Franck Balland

au Frac, Nantes :

Romain Bobichon, Flora Bouteille, Camille Dumond, Kim Farkas, Aurélie Ferruel & Florentine Guédon, Camille Juthier.

en Région :

Clémence de Montgolfier → Les Moulins de Paillard, Poncé-sur-le-Loir
François Dufeil → Musée des Beaux-Arts, Angers
Julie Bonnaud & Fabien Leplae → salle Martel, Challans
Aurélie Ferruel & Florentine Guédon → MAT, Montrelais
Flora Bouteille → Le Lieu Unique, Nantes


Avec son nouveau site nantais, le Frac poursuit ses missions essentielles de défricheur des scènes artistiques, de soutien à la création et de constitution d’un maillage des territoires. Pour inaugurer ce lieu, le Frac met en place un projet inédit autour de l’émergence.

Par ses acquisitions, ses expositions et ses résidences, le Frac des Pays de la Loire œuvre depuis 1984 à soutenir la création en portant une attention constante à l’émergence et à son territoire (ses artistes, ses structures, ses acteurs). L’installation d’une antenne à Nantes s’inscrit dans une ambition forte : poursuivre notre engagement auprès des artistes et développer des partenariats en diffusant leur travail dans un réseau de structures en région et au-delà. Le monde traverse une crise majeure. Nombreux sont ceux qui dans le milieu artistique ont été fragilisés et continuent de l’être. C’est dans ce contexte, que s’établit le projet artistique de l’antenne du Frac à Nantes, lieu de production, d’expositions, d’événements mais aussi d’échanges et de solidarité. La région des Pays de la Loire forme et attire chaque année de nombreux artistes. C’est en s’appuyant sur une génération diplômée entre 2013 et 2018 dont certains formés dans les écoles des beaux-arts de la région, d’autres implantés sur le territoire et attentifs à son dynamisme, que se bâtit ce projet d’exposition. Pour une résonance étendue, nous avons souhaité néanmoins ouvrir ce projet à une scène nationale, pour permettre ainsi que se mettent en place des dynamiques croisées, des visibilités plus larges du projet, et ainsi impulser un réseau d’artistes qui rayonne et puisse incarner une génération sans ancrage spécifique.

Ce projet est mis en place cette année avec la collaboration pour la pré-sélection des dossiers, de deux enseignants de l’École des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire (Michel Aubry, artiste et Marion Daniel, critique d’art), de deux enseignants de TALM Angers (Vanessa Theodoropoulou, critique d’art et Jacqui Riva, artiste), de Franck Balland (commissaire d’exposition et critique d’art indépendant), et pour le Frac de Laurence Gateau, Directrice et Vanina Andréani responsable du Pôle Collection-Exposition. Romain Bobichon, Kim Farkas, Camille Juthier, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon & Camille Dumond ont ainsi été sélectionnés par le jury pour l’exposition du Frac à Nantes avec un écho à Carquefou. Flora Bouteille est quant à elle invitée dans ce cadre, à réaliser une performance programmée au Lieu Unique.


Pour la première édition d’un projet que le Frac souhaite reconduire tous les deux ans, la volonté est d’associer des lieux partenaires en région. Un parcours pensé à l’échelle du territoire afin d’offrir au public un panorama de la jeune création. À partir de la présélection du jury, chaque structure associée a invité un artiste de son choix. Les Moulins de Paillard à Poncé-sur le- Loir : Clémence de Montgolfier, La salle Martel à Challans : Julie Bonnaud et Fabien Leplae, la Galerie 5 à Angers : François Dufeil. Le MAT à Montrelais invite Aurélie Ferruel & Florentine Guédon pour faire écho à leur projet nantais.

Franck Balland, commissaire associé :

" S’il existe un exercice délicat parmi l’ensemble de ceux communément requis pour donner naissance à une exposition collective, celui consistant à produire un « instantané » d’une scène contemporaine se distingue par son aspect nécessairement subjectif, et de fait forcément incomplet. Cette situation initiale n’en reste pas moins privilégiée pour prendre la mesure de ce qui se joue, dans la complexité même de l’époque, pour des artistes ne partageant ni tout à fait le même horizon, ni tout à fait les mêmes problématiques plastiques ou conceptuelles. Bien que l’exposition Étoiles distantes tire son titre d’un roman éponyme de l’auteur chilien Roberto Bolaño (1953 – 2003), elle ne lui emprunte ni ses fondements historiques, ni la noirceur de son intrigue. D’échos plus lointains, elle lui doit peut-être une certaine idée du rôle de la création dans un environnement cerné par le chaos, ou encore une forme d’obsession poétique et politique que nourrissent une constellation d’êtres animé·e·s par une volonté de changement.

À Nantes et en région, ces expositions rendent compte de la pluralité de ces regards posés sur le monde. Sans pour autant suivre une ligne théorique ou formelle qui en déterminerait la tonalité particulière, celles-ci sont parcourues des mêmes préoccupations, espoirs et revendications qui traversent, aujourd’hui peut-être un peu plus qu’avant, la société dans son ensemble. C’est cependant par le prisme de chacune de ces propositions, formulées dans une gamme de médiums allant de la peinture à la performance en passant par l’installation vidéo, que se livrent quelques unes de leurs manières d’être au présent. En filigrane de ce rapprochement d’individualités et de pratiques distinctes, se pose donc la question de ce que pourrait révéler, à l’aune de ces temps troublés, cet agencement de perspectives singulières. Si certaines prises de positions, en particulier politiques, ont largement animé le débat artistique ces dernières années, elles s’incarnent désormais dans des œuvres dont le propos éclaire tout autant qu’il bouleverse nos représentations du présent. Favorisant certains régimes d’attention, de disponibilité et d’engagement, cette exposition fait apparaître une multitude d’attitudes, qui sans surplomb signalent l’émergence de nouvelles manières de penser, et d’agir, avec l’art contemporain. "