Frac



FOCUS ŒUVRE
Pierrick Sorin, Réveils

En cette période de confinement, nos intérieurs sont devenus, pour certains, nos seuls lieux de vie. Focus sur quelques œuvres qui font écho à nos vies actuelles, aux objets qui nous entourent et à nos rêves d’évasion et de nature.

En cette période de confinement, nos intérieurs sont devenus, pour certains, nos seuls lieux de vie.
Focus sur quelques œuvres qui font écho à nos vies actuelles, aux objets qui nous entourent et à nos rêves d’évasion et de nature.


Pierrick Sorin, Réveils, 1988

Chaque jour lorsque le réveil sonne la caméra enregistre le réveil de Pierrick Sorin. Dans sa chambre en désordre, l’artiste épuisé dès le matin, tente de prendre de bonnes résolutions…

>>>-> extrait

Pierrick Sorin réalise à partir de 1988 des autofilmages, tels que "Réveils", "Pierrick et Jean-Loup" ou encore L’incident du bol renversé. Il est intéressé par le banal, le quotidien et se moque sur un mode burlesque de l’existence humaine. Par ses oeuvres vidéos, Pierrick Sorin interroge la création artistique et l’idée de la représentation par ses autofilmages où il est l’unique acteur des histoires qu’il invente. Enfant de Méliès, il crée des vidéos truffées d’ingénieux bricolages visuels comme ses petits théâtres optiques où l’artiste apparait sous forme de petit holograme parmi des objets réels qu’il met en scène.

Dans "Réveils", premier film du genre qui deviendra sa marque de fabrique, Pierrick Sorin crée un dispositif qui va lui permettre de se filmer, chaque matin pendant un mois, au moment même où il est réveillé par son poste de radio. À chaque fois, il prend la caméra à témoin et déclare inlassablement qu’il se sent fatigué et qu’il faudrait vraiment qu’il se couche plus tôt. Apparement, son intention n’est jamais mise à exécution car on le retrouve chaque jour aussi fatigué. L’artiste présente ici un simple constat sur ces petits échecs du quotidien auquels tout le monde a été une fois confronté. Les séquences misent bout à bout créent une répétition, un effet comique derrière lequel transparaît un drame plus profond: celui d’une incapacité à appréhender correctement une relation au monde.


Œuvres de Pierrick Sorin présentes dans la collection du Frac :

- Les Réveils, 1988 >>>-> extrait
- Je m'en vais chercher mon linge, 1988  >>>-> extrait
- De belles sculptures contemporaines, 1988 >>>-> extrait
- Oui mais j'ai envie, 1988
- Pendant ce temps dans ma chambrette, 1988
- L'homme qui aimait les biscottes, 1988 >>>-> extrait
- Martin met ses lunettes, puis son chapeau, 1988 >>>-> extrait
- Une bonne leçon, 1988 >>>-> extrait
- Espace, temps et petites cochonneries, 1989  >>>-> extrait
œuvre réalisée dans le cadre des VIes Ateliers Internationaux du Frac
- C'est mignon tout ça, 1993 >>>-> extrait
- Une Vie bien remplie, 1994
- Avant la bataille, 1994  >>>-> extrait
- Pierrick et Jean-Loup, 1995 >>>-> extrait
- Un spectacle de qualité, 1996 >>>-> extrait