Frac



Flash
Lecture musicale
de Mathias Delplanque et Colyne Morange
En collaboration avec Perrine Mornay

le dimanche 17 mars à 17h
à la HAB Galerie, Nantes

Un Truc Soi-Disant Super
d’après David Foster Wallace


Proposées par le Frac des Pays de la Loire en partenariat avec le TU-Nantes, dans le cadre de la double exposition Josephine Meckseper présentée à la HAB Galerie, Nantes et au Frac, Carquefou.


HAB Galerie

Quai des Antilles
44200 Nantes

entrée libre


Un truc soi-disant super auquel on ne me reprendra pas est une chronique de l’américain David Foster Wallace, publiée en 1993. L’auteur y décrit, avec une extrême précision et une grande attention aux détails, une croisière de luxe de sept nuits dans les mers des Caraïbes, sur un immense paquebot «  blanc bouilli ».

Embarqué comme passager et missionné par le magazine Harper’s, il raconte comment on y « chouchoute » les nantis, comment on s’y divertit sans répit, ou encore comment la propreté constante qui règne à bord finit par devenir une menace pour la santé mentale des candidats à la détente…

 

À la découverte de ce texte, voguant entre autofiction et essai journalistique, Colyne Morange et Mathias Delplanque décident d’en faire une forme scénique : une lecture mise en sons et en espace. Ils se reconnaissent à la fois dans le sujet : la remise en question des fondements de la société de consommation, basée sur l’apparence, la communication et le divertissement à outrance ; et dans sa forme : une langue fulgurante à l’humour désespéré. L’écriture, toute en digressions, composée de phrases à rallonge, de notes de bas de pages et de listes, les invite à concevoir un univers immersif fait de nappes, d’ambiances sonores évocatrices et de musique de variété... Sur scène, ils donnent à entendre le texte en laissant apparaître des figures, des images, voire parfois, l’auteur lui-même. Pas de personnages donc, mais un récit porté tantôt au micro, tantôt à voix nue, étoffé d’impressions, de fantômes sonores qui plongeront les spectateurs dans la piscine d’eau de mer du pont 10, dans la cabine 1009 du narrateur, ou au cœur des pensées d’un auteur brillant de lucidité sur le monde et les valeurs qui le constituent.