Frac



Exposition
Le corps du répertoire / Body of Index
Carole Douillard

du 8 décembre 2016
au 11 mars 2017
Galerie 5, Angers

Exposition des productions réalisées par Carole Douillard lors de sa résidence à l’Université d’Angers (UFR LLSH), au sein du Centre des archives du féminisme, en écho à une sélection par l'artiste d’œuvres de la collection du Frac des Pays de la Loire.
Vito Acconci, Leonor Antunes, Julien Audebert, Becky Beasley, Richard Billingham, Lili Dujourie, Anna Gaskell, Ion Grigorescu, Sigurdur Gudmundsson, Jiri Kovanda, Kristin Oppenheim, Bill Owens, Martha Rosler, VALIE EXPORT


Galerie 5

Bibliothèque universitaire Belle-Beille
5 rue Le Nôtre
49100 Angers
http://bu.univ-angers.fr
http://www.univ-angers.fr/fr/acces-directs/culture/expositions.html

entrée libre

ouvert du lundi au jeudi de  8h30 à 20h
les vendredi et samedi de 8h30 à 18h

fermeture annuelle :
du 17 décembre 2016 au 2 janvier 2017

Vernissage le jeudi 8 décembre 2016
18h45 : Performance & Vernissage


Conversation entre Carole Douillard et Clélia Barbut*,  le mercredi 1er mars 2017 à 12h
(A l’occasion du mois du Genre)


Pour la deuxième année consécutive, l’Université d'Angers en partenariat avec le Frac des Pays de la Loire propose une résidence d’artiste à l’une de ses UFR. Cette année, après le passage de Bevis Martin et Charlie Youle à l’ Esthua Tourisme&Culture, c’est Carole Douillard qui est invitée en résidence, durant trois mois, à l’UFR Lettres Langues et Sciences humaines, avec le soutien de la Bibliothèque Universitaire et de la SFR Confluences.

Carole Douillard utilise son corps comme sculpture pour des interventions minimales. Artiste plasticienne et performer, elle utilise sa présence ou celle d'interprètes comme sculpture pour des interventions dans l'espace. Se situant au bord du spectaculaire tout en prenant soin de l'éviter, son travail appelle une redéfinition du spectateur, de l'espace de la performance et de la relation de pouvoir entre l'objet contemplé et celui qui le contemple. Un travail qui interroge la place du corps individuel et du corps social dans les sphères privées et publiques, engageant sa présence ou celle de performers avec lesquels elle collabore.

Sa présence à l’Université d'Angers dans l’un des trois centres des archives du féminisme lui a offert la possibilité de revisiter et d'interroger les éléments de ce fonds exceptionnel. L’exposition consécutive rend trace de son immersion dans cet environnement, et ses productions entrent en résonance avec une sélection d’œuvres qu'elle a puisée dans la collection du Fonds régional d’art contemporain des Pays de la Loire


Site de l'artiste :

http://www.carole-douillard.com


Clélia Barbut*
Docteure en sociologie et en histoire de l'art contemporain et chercheuse associée au CERLIS (Université Paris 3) et à l'EA Histoire et critique des arts (Université Rennes 2. Sa thèse porte sur l'émergence des pratiques performatives dans le champ des avant-gardes visuelles en France et aux États-Unis. Elle poursuit ses recherches actuellement sur travail artistique, des épistémologues féministes, des archives et des mémoires des pratiques performatives




Petit journal